Saint Saens for ever !

Dans un message précédent j'évoquais mon goût pour Camille Saint Saens. Et notamment pour la Danse Macabre. Je continue de penser que cette musique est vraiment très belle, mélancolique et joyeuse en même temps, sur un sujet grave et profane.

Et ce n'est Jean-Claude D. qui me contredira puisqu'il partage ce même amour. J'ai aussi été très heureux de voir que, loin d'être le seul vieux schnoque, nous étions plusieurs à connaître et à apprécier le compositeur et ce morceau en particulier. A cet effet et puisque nous faisons masse, nous ne pouvons plus être rangé dans la catégorie des vieux schnoques mais dans la frange des "post-modernes musicalement éclectiques".

Afin d'augmenter la taille de ce groupuscule (mais qui dispose d'importants moyens, puissant lobby manipulateur des médias dont ce blog n'est qu'une partie emergée de l'iceberg tentaculaire) je voulais vous faire partager, ou découvrir, ou redécouvrir ou juste vous permettre de mettre un nom sur ce morceau que vous aviez probablement déjà entendus sans jamais avoir vraiment pu l'écouter.

Bon, en ce moment j'abuse un peu de youtube, donc je vais un peu me modérert à l'avenir. Je demande pardon à ceux qui ont un petit débit et qui ne peuvent donc lire ces messages (je parle du débit internet, cela va de soi).

1) Danse Macabre

Assez difficile de trouver la Danse Macabre de qualité sur youtube, mais voici une version orchestrale avec ballet (sur glace) qui ne manque pas d'originalité tout en restant fidèle à l'esprit de l'oeuvre.

2) Rondo Capriccioso pour violon 

Et voici un autre morceau très agréable. Cet extrait youtube montre deux aspects qui me paraissent intéressants car le premier me séduit toujours, et le deuxième me rebute profondément. En fait c'est l'éternel différenciation – distanciation entre la forme et le fond.

 

Ce que j'adore c'est justement cette musique légère, cette envolée agréable et cette maîtrise parfaite de l'instrument. C'est particulièrement agréable, délicat et on se laisse porter par le violon avec délice.

Ce qui me rebute (bon, dans ce cas précis de vidéo, j'ai un peu forcé la caricature) mais c'est bien la forme. La musique classique de qualité est intemporelle et traverse les ages. Elle n'est pas moderne car ce qui est moderne se démode or j'ai bien l'impresion que la musique, que certains passages resteront indémodables. Mais cette façon de conserver la musique dite classqiue dans un pré carré jalousement gardé par une élite qui la cantone à quelques émissions télés, quelques chaînes radios, quelques rayons de disques isolés, m'irrite profondément.

Au contraire le caractère particluièrement dense, varié de la musique classique devrait s'ouvrir et laisser à chacun l'opportunité de découvrir les morceaux qui les touchent le plus. Il y a là un gigantesque réservoir d'émotions, de découverte et de partage qui est gâché par une approche vieillote, compassée, désuette de ce répertoire.

A quand des grands concerts sur le champ de mars? à quand des reprises avec des instruments modernes? des interprètes réputés (en fait, si, il y a des ténors très médiatiques)? des disques de qualité libres d'accès? et en cours de musique, les enfants ne pourraient-ils pas juste apprécier, découvrir, écouter de la musique classique au lieu de s'échiner désespérement à torturer, abîmer, massacrer des morceaux sur des flutes en plastoc avec des doigts gourds et imprécis. Si un ado aime ce qu'il écoute il aura spontanément l'envie d'en écouter plus voire d'en faire lui même. En fait exactement comme pour la lecture. On apprécie et on découvre les livres parce que on les lit, on appréciera la musique parce qu'on l'écoute, on la découvre, on la partage.

Foot in mouth Bon, enfin voilà, c'est juste parce que quand j'étais ado je passais pour un débile car j'écoutais du Mozart.

Leave a Reply