Archive for novembre, 2007

J’aime beaucoup JJ Goldman !

jeudi, novembre 8th, 2007

Depuis de nombreuses années je suis fan de Jean-Jacques Goldman. Cela paut paraître un peu ridicule mais j'adores ses chansons. Les mélodies sont belles et simples, faciles à retenir et chantonner, et les paroles me parlent, teinteés d'humanisme et de bonté.

Bref, les musiques de Goldman et je les chantais enfant en allant à l'école, je les écoutais en lisant dans ma chambre, je me les passais en faisant mes devoirs, j'en discutais avec mes amis en sirotant mon coca, je les fredonnnais à l'armée entre deux chants mili, et je les apprécie encore aujourd'hui.

Les chansons de Goldman forment une de mes meilleures compil. Celle que j'écoute quand j'ai le moral dans les chaussettes. Cela me réconcilie avec la vie quand ça pue, quand la vie me fait chier, quand j'ai envie de tout bazarder. Un peu comme des vacances avant les vacances. Une fenêtre par laquelle je peux m'envoler puis revenir avec des images plein la tête.

Quand ça grisaille cela me redonne de la couleur. Des rêves en stéréo, des images en 3D, des émotions en grand écran, …

Je suis toujours aussi fan de ses premièrs albums et j'aime énormément ses nouvelles productions qui sont plus personnelles, plus matures et qui sont probablement écrites pour un public plus mûr avec des thématiques actuelles sur le temps qui passe, la nostalgie et l'espoir, aussi.

Enfant j'avais adoré Je marche seul, je m'y retrouvais et cela correspondait à une époque charnière de l'adolescence.

La nouvelle de la mort de Sirima m'avait profondément choqué, comme quelque chose de profondément injuste.

Le clip de Juste après m'avait complètement scotché. Les images sont si fortes et émouvantes. Je comprends l'émotion qu'il avait dû ressentir en les découvrant.

J'apprécie particulièrement Tout était dit. C'est un peu l'histoire de ma vie, ou plutôt celle de tous ces timides qui aimeraient tellement aborder une inconnue pour lui dire … ben qu'elle est belle, quoi !

Il changeait la vie est touchant. Désolé si c'est un peu mièvre, mais j'ai eu envie de changer la vie aussi à mon niveau en apportant un peu aux autres.

Aujourd'hui je peux re-écouter en boucle son répertoire avec un bonheur égal. Avec le même plaisir que lors de mon adolescence. Un bonheur intact, un brin nostalgique, mais aussi une certaine façon de me dire que ces musiques sont intemporelles et ne vieillissent pas (alors que moi, si).

Ah et pis Tournent les violons … c'est bien, c'est chantant, ça me donne envie de danser la gigue dans mon bureau (en fermant la porte) …

Et puis, envole-moi, là-bas, encore un matin, long is the road, Au bout de mes rêves, Sache que je, les murailles, il suffira d'un signe, c'est ta chance, Je te donne (aaaaah, c'était génial), petite fille, on ira, …

AAAAAAAHHHHH ça va mieux.

Un truc comme ça en passant …

mercredi, novembre 7th, 2007

Pour relativiser notre "importance" et nos petits tracas du quotidien, … certes on peut regarder la video des Monty Python sur le sujet, ou alors on peut regarder ça :  

Ca n'empêche pas les problèmes d'exister mais cela les remet dans une plus petite perspective.

Et puis tout à coup les notions d'espace, de pays, d'époque, d'age d'or, de grandeur, de frontières, de sacré, paraît un peu … comment dire suranné ? dépassé ? ridicule ? mesquin ? absurde ? vide de sens ?

 

J'ai aussi un petit regret c'est que finalement on n'est pas prèt de voyager dans l'espace ! Enfin quand je dis l'espace, je parle pas de l'espace proche de notre bonne petite planète bleue (bref la banlieue terrestre), mais plutôt de grands voyages de SF vers ses fameuses planètes gigantesques dont les proportions défient l'imagination.

Heureusement il reste les livres ! En passant je vous conseille vivement Le Grand Vaisseau de Robert Reed si vous voulez du gigantisme. Ou alors la saga de l'Etoile de Pandore (4 tomes) un pur joyau de Space Opera.

Ce sont des sagas homériques (plutôt l'Odyssée pour le premier, plutôt l'Illiade pour le second), qui allient humanisme, optimisme et gigantisme !

Un petit coup de coeur en passant …

mardi, novembre 6th, 2007

Un p'tit coup de coeur, rapide, comme ça, en passant.

Gros consommateur de blogs dessinés, je suis aussi attiré par leurs émanations tangibles, papiers … bref des BD !

Parmi mon top blog dessiné il y a le blog de Maliki. Sympathique, amusant, résolument manga dans le traitement, et qui montre une très grande évolution. Les premiers strips n'ont rien à voir avec la production actuelle.

C'est aussi un blog qui a réussi à fidéliser son public (moi entre autre) parce que il a une rythmique hebdomadaire : un dessin, coup de coeur, coup de gueule hebdomadaire. Systématiquement le mardi (en fait on peut lire la production le mercredi matin en arrivant au bureau).

Bref, … un de mes grands désapointements a d'ailleurs été d'apprendre que Maliki n'existait pas et que c'était l'émanation d'un jeune blogueur, certes talentueux, mais c'est moins fun qu'une fille !

Bref c'est un canular, un peu comme le blog de Frantico le fut à une autre époque (pas si lointaine quand même).

J'avais déjà acheté la BD de Monsieur le chien (tirée de son blog), dont j'avais été très déçu. Pas par le blog, hein! Mais par le produit BD que je trouvais cher, mal maquetté, et, en général, assez cheap. C'est fort dommage, car si l'éditeur avait fait un minimum d'effort (d'investissement) cela aurait pu être quelque chose de franchement génial. M'enfin tant pis.

Alors quand on m'a annoncé la future BD tirée du blog de Maliki, même si je savais d'avance que je me la procurerais, je m'attendais à une certaine déception. Une certaine appréhension en quelque sorte.

Et ben non ! C'est génial ! C'est très réussi !

Le traitement est excellent, l'objet est de très très grande qualité (relié, carton épais, vernis sélectif sur la couv, mise en page intérieure réussie, choix d'un papier qualitatif, chromie excellente pour un prix somme toute très modique (13,90 €). Ah, et j'oubliais l'ouvrage est relié avec couture (pas un vulgaire broché), et il y a quand même 160 pages !!

Alors plusieurs petites choses :

  1. Bravo à Maliki pour son blogue et sa bédé
  2. Bravo à l'éditeur qui a fait un excellent travail
  3. Bravo à tous les deux pour ce respect qu'ils ont montrés pour l'oeuvre originale et pour leurs lecteurs (moi entre autre) !

Vala !

Tiens, pour la peine, je vais me replonger dedans et pme faire quelques planches, cela me lmettra de bonne humeur

Engagez-vous, rengagez-vous qu’y disaient !

lundi, novembre 5th, 2007

Ben oui, ce matin je suis passé au régiment et j'ai signé mon contrat de renouvellement d'ESR (Engagement Spécial dans la Réserve).

J'ai resigné pour 5 ans ! C'est amusant mais en signant le document dans le bureau du capitaine-commissaire il y avait un buste de Mariane, et le commissaire était assez cérémonieux. Cela m'a fait plaisir et un peu ému aussi.

Cela fait donc … attendez je compte … depuis 1992, août. Même un peu avant si on compte ma PMS (Préparation Militaire Supérieure) de juillet 1991 (le pire mois de ma vie) … donc 16 ans … la vache ! 16 ANS !!

Ouaips, c'est ça. Une PMS en juillet 91 (ou août, je sais plus). Puis l'incorpo contingent 92/08 avec 4 mois d'EOR en école d'application à Tours, puis 8 mois en tant que chef de peloton en Allemagne à Landau: aspi puis sous-lieut, d'abord à l'instruction puis en escadron opérationnel.

A la fin du service je donne mon OK pour la réserve ! Pas grand chose jusqu'en 1995 et la MEP de l'ECR du 526 RT (Montée En Puissance de l'Escadron de Circulation Routière du 526 Régiment du Train). Lieutenant. D'abord doublure du chef du deuxième peloton, puis chef de peloton du 2ième PCR, puis du premier (au passage je repasse le BAS2 et je suis reaccrédité SD). Equivalence CML2 anglais.

Puis adjoint du Commandant d'Unité. Je préfère ne pas prendre le poste et je me désiste avant parce que je me doute que mes activités professionnelles ne me donneront pas les disponibilités nécessaire et suffisantes pour commander un escadron.

Je passe le CEM, puis je prépare, je passe et je réussis le concours pour l'admission au DEM (un an quand même !), puis le DEM. Un peu de travail au profit de l'ESORSEM. Hop, passage au grade de capitaine.

Et voilà, déjà 16 ans de passé. Des années actives avec presque 60 jours, et des années calmeS avec moins de 10. Pas d'OPINT, ni d'OPEX, mais ça cogite et ça travaille. Des moments de joie, de sérénité, des moments de frustration, de stress et d'énervement. Des rencontres, des expériences, des événements, des choses que je n'aurai jamais faites sinon et que je ne referai jamais plus probablement. Mais encore beaucoup de travaux à accomplir.

C'est amusant aussi ce déjeuner avec mon père, juste après la signature. Lui aussi était officier de réserve. A l'époque les classes c'était 9 mois et le service venait de passer à 12 mois (au lieu de 18) si bien qu'il a fait seulement 3 mois de commandement.

Et cette remarque qu'il me fait au moment du dessert : "Tu sais Olivier, la réserve cela ne te sert à rien." Un silence, un moment de réflexion : "Oui, papa. Mais de toute façon je l'ai jamais fait pour que cela me serve à moi."

PS: contre le chomage à Biquet-seine : cliquez ici (parce que 9% quand même).

Chômage à « Biquet-Seine »

vendredi, novembre 2nd, 2007

Argh ! La petite ville de Biquet-Seine déplore un taux de chômage pour la première fois de sa récente existence.

En effet, avec une population de 72 habitants, la petite bourgade connaît un taux de chômage de 1% (soit 0,7% d'une personne !!).

Le Maire et fondateur de la charmante petite bourgade, monsieur Biquet, nous déclare : "En effet, Biquet-Seine est devenu un petit paradis dans lequel il fait bon vivre. Avec discrétion et modération une nouvelle population s'implante. Cependant le cadre de vie étant orienté vers le bonheur simple et la tranquillité de vie dans un cadre bucolique, cela a tendance à ne pas encourager les industries à s'implanter."

Peut-être, à terme, faudra-t'il créer des Zones Industrielles en périphérie ? Une solution à laquelle se refuse catégoriquement le conseil municipal. Pas de McDo à l'entrée de nos maisons !

Pour visiter Biquet-Seine : suivez ce lien.

Amicalement, votre Biquet.

Je fus zéroïque …

jeudi, novembre 1st, 2007

Retour de suisse (chez les fous).

Et j'ai résisté. J'ai été héroïque devant les charges sauvages des apéritifs gouteux et locaux. J'ai été sublime face aux assauts furieux des vins et fendants traîtres et tentateurs. J'ai été grandiose bravant les digestifs les plus inattendus eT enjôleurs. J'ai même refusé de baisser les armes devant l'ultime attaque des whiskies de 12 ans d'âge réclamant mon palet (palais ?) brandissant l'étendard de ma volonté inflexible.

J'ai  été vaillant, la ligne Maginot de la ligue anti-alcool (incontournable celle-là, la ligne pas la ligue !), le phare de la liberté qui illumine dans l'obscurité pour ralier à lui les égarés, le tambour qui bat le rappel des troupes et qui galvanise le courage des grenadiers de l'Empire, le … le … le …

Euh, je vais m'arrêter là. Mais, face aux hordes hélvêtes, j'ai lutté et vaincu : veni, vidi, biqui ! comme disait un grand général d'autrefois.

Pourtant la lutte fut âpre.

Notamment à la fin ! Alors que j'avais emporté toutes les batailles, je fus emmené sur un terrain inconnu et l'on me présenta le dernier supplice, l'ultime épreuve. L'étape qui verrait la victoire définitive de cette guerre sans merci ou l'échec final, la défaite, la déroute piteuse. Voici le champs de bataille :

Pendant que mes frêres d'armes succombaient et cèdaient …

 

Mes tortionnaires se régalaient de ma lutte acharnée …

 

Bref ! Un voyage mémorable, que je compte bien recommencer mais une fois que j'aurai rempli et terminé ce foutu voeu de m…